Wine Logic

Dans la catégorie des mots anglais qu’on comprend pas mais qui ont toute leur importance dans le jargon des amoureux de la bouffe, je demande le foodpairing. Si vous n’avez jamais entendu ce mot, sachez qu’inconsciemment, vous l’utilisez au quotidien, que vous soyez amateur de knaki balls ou de mets plus raffinés. Pour vous, Foodz a mené l’enquête.

Mais c’est quoi le foodpairing ?

Le foodpairing, c’est tout simplement l’art de marier les saveurs. Mais attention, quand je vous parle de mariage, ce n’est pas un simple jeu de hasard où on essaye de lier deux aliments au pif : le foodpairing se base sur des faits scientifiques, associant des produits à première vue incompatibles, mais qui partagent des molécules communes. C’est un peu comme si Harry Potter rencontrait Philippe Etchebest.

C’est un chef belge d’origine indonésienne, Sang-Hoon Degeimbre, qui a eu l’idée de travailler sur cette approche. C’est en s’associant avec Bernard Lahousse, bio ingénieur de formation, qu’il a crée le site foodpairing.com, qui répertorie sous forme d’arborescence près de mille ingrédients et leurs combinaisons qu’on n’osait même pas imaginer. Et pour ça, pas la peine de disposer d’un bac +12 : d’un seul coup d’œil, on comprend quelles associations sont possibles. Pas étonnant que des barmens et des cuisiniers de renom piochent dans cette base de données aux idées de recettes inépuisables !

Gazette Meilleur du chef

Agence matrimoniale du goût

Sur le site foodpairing, vous allez pouvoir découvrir des associations auxquelles vous n’aviez jamais pensé. Avez vous déjà imaginé mélanger de l’huître et du kiwi, du chocolat noir et de l’oignon, de la fraise et du parmesan, du saké et du comté, de la Fourme d’Ambert et de l’ananas, ou encore de la rhubarbe et de l’agneau ? Surtout pas nous, et pourtant, c’est scientifiquement envisageable !

En plus de vous suggérer des nouvelles idées de recettes et d’accords surprenants, le site valide certaines combinaisons qui ont déjà fait leur preuve : le célèbre tomate basilic, adulé des italiens, la figue et le jambon ibérique et même le chocolat fruit de la passion. Grâce à foodpairing, vous allez pouvoir vous la péter à Noël quand vous proposerez votre pigeonneau à la fraise !

Pour se la péter mais pas que

Soyons honnêtes : le principal intérêt du foodpairing, c’est bien sûr d’épater son nouveau crush, sa belle mère ou toute sa famille avec des saveurs surprenantes et innovantes. Et pour les amateurs de cuisine, le terrain de jeu est illimité, avec des tonnes de possibilités nouvelles. Mais il y a aussi d’autres avantages.

En fouillant dans le site, vous pouvez, avec un simple clic, savoir quels aliments associer à ceux que vous avez dans votre frigo. Marre de vos traditionnelles pâtes bolo ou macaroni au fromage ? Cap sur le site pour découvrir avec quoi vous pourrez associer vos pâtes. De plus, vous pourrez aussi savoir par quoi remplacer un aliment dont vous manquez. Ou simplement trouver une façon de twister une recette un peu classique pour la revisiter et faire s’exclamer de joie et de plaisir vos invités.

Wine and food pairing

Mais attention : ne pensez pas que la réussite d’un plat se fait juste en associant deux ou trois ingrédients qui vont potentiellement ensemble. La principale différence entre les cuisiniers de renom et les amateurs du dimanche, c’est bien sûr l’art de cuisiner, de bien doser les quantités, les dosages, et de maîtriser les textures, les cuissons et les oppositions de goût. Même si deux produits semblent former l’union parfaite, c’est la façon de cuisiner qui jouera, le fait de trouver les bons équilibres et de se la jouer subtil dans les dosages.

Alors, tentés par le foodpairing et les mariages surprenants ?

Mathilde

  • Hauvuy

    Ca donne envie ! Article très bien écrit, vivant et dynamique.